Départs et sécurité

Tout savoir sur le format des départs et la sécurité lors des classiques


La règle des trois “S”

On the road again

Comment faire pour assurer la sécurité de tous? Comment préserver le fun et l’esprit d’équipe? Comment ne pas encombrer les routes avec un peloton de près de 200 personnes? Comment maintenir un esprit compétitif? PAS DE PANIQUE. Cette page dévoile tout sur le format de la compétition. Clair, précis et concis.

Les mesures décrites ci-dessous ont pour objectif de préserver la sécurité de tous. Mais également de maintenir ce qui rend le concept BCF unique: l’esprit d’équipe, la stratégie, les faits de course, le dépassement de soi, la passion. Tout cela afin de pouvoir faire du vélo comme les pros, en toute sécurité.

Plusieurs départs

BCF innove avec une formule en plusieurs départs. Tout en préservant l’aspect sportif et l’esprit d’équipe, cette formule a pour but de désengorger les routes et permettre une prise de plaisir maximale des coureurs.

Il y a plusieurs départs successifs par groupe de 4 équipes (intervalle de 5 à 15 minutes en fonction de la longueur du parcours). L’ordre et les groupes de départ sont tirés au sort à l’avance (généralement lors du podium de la classique précédente). Ainsi, les Directeurs sportifs connaissent au préalable l’heure de départ de leurs protégés et peuvent prévoir la tactique en fonction des formations présentes dans leur petit peloton.

“Savoir que tu roules la Molteni, Lidl-LVMH et La Brioche dans deux semaines, ça va mettre la pression au gars et nous permettre de sortir les bonnes cartes au bon moment”.

Bernard Hazard
Directeur Sportif, Monsieur Pneu Pro Cycling team

Les classements restent généraux

Malgré la formule en plusieurs départs, les classements BCF restent généraux. La prise de temps par segments (pour le général, les maillots grimpeur et sprinteur) n’est pas mise à mal par les départs séparés.

 

Code de la route

 L’organisation des classiques BCF et les mesures de sécurité qui entourent celles-ci sont, notamment, régies par l’article 43bis du Code de la route “Cyclistes en groupe”. Les règles décrites par l’article 43bis sont résumées à la fin de cette page.

Les capitaines de routes

BCF impose que chaque formation nomme un capitaine de route sur les classiques. Le capitaine, qui ne doit pas nécessairement être le leader de l’équipe, aura pour mission l’encadrement du groupe en cas de problème. Ainsi par exemple, si des autorités devaient venir questionner le petit peloton lors d’un parcours, ils demanderont à parler aux capitaines.

Lors d’un Critérium ou d’une Kermesse (ou le peloton pourrait être plus important), “un au moins des capitaines de route peut immobiliser la circulation dans les voies transversales aux carrefours où la circulation n’est pas réglée par des signaux lumineux” (article 43bis).

A la manière des équipes de football et tout comme le suggère l’article 43bis, le capitaine de route devrait porter un brassard aux couleurs nationales (fourni par BCF). Dans un souci de facilité, les équipes sont invitées à nommer un capitaine et un vice-capitaine (en cas d’absence du premier) à l’année.

Les segments sécurité

Lorsque cela s’avère nécessaire, l’organisation de course impose des “segments sécurité” sur le parcours (p.ex. une traversée d’agglomération, une descente jugée dangereuse…). Sur ces segments, une vitesse maximale est imposée (p.ex. 20km/h). A l’arrivée, BSO vérifie que les limitations ont été respectées via un export des passages dans le segment sécurité. Les coureurs en excès de vitesse sont disqualifiés de tous les classements pour cette classique.

La Caravane BCF

Lors des épreuves classiques (en plusieurs départs), il ne pourra y avoir que maximum deux véhicule dans l’encadrement du petit peloton. Si 4 directeurs sportifs sont présents, ils devront donc se regrouper en 2 voitures maximum. De façon occasionnelle, une voiture ou un scooter BSO pourrait se rajouter à la caravane afin de subvenir à des besoins logistiques ou médiatiques.

En cas de problème technique, les rapatriements se feront via les voitures des directeurs sportifs. Pas de directeurs sportifs = pas de voiture balai = le bus.